Imprimer
Affichages : 1688

Siena, 04.12.2014 - Cela aurait pu être une tragédie, mais par chance l'expérience de notre protagoniste a fait en sorte que la mauvaise aventure connaisse une ‘happy end’. Son nom n'a pas d'importance et nous éviterons de le citer. Par contre, ce sont les faits qui sont à prendre en considération :  un avertissement pour ceux qui pensent pouvoir défier d'un cœur léger les bois et l'obscurité, sans bien comprendre quels sont les vrais dangers.

de Paolo Brogi
traduction par Marie Sabotier

Les loups, dans notre zone, mais pas uniquement, sont tristement connus pour les tueries d’ovins et les importants dégâts qu’ils causent aux bergers. Des épisodes de plus en plus fréquents avec une recherche désespérée de remèdes qui est très compliquée. Mais il n’y pas que cela. Lorsque le loup est en meute, il peut aussi représenter un danger pour l’homme. Et c’est ici que commence notre histoire, qui date de quelques jours et a eu pour cadre la zone de  Casciano di Murlo, et en particulier la localité nommée Castel di Notte.

Meute de loups


Aux environs de 18h30, c'est-à-dire lorsque l'obscurité avait déjà totalement pris le pas sur le jour, un chasseur a pénétré dans les bois à la recherche d'un chien de chasse au sanglier blessé lors de la battue et reconnaissable par son collier spécial relié à un GPS. Des premiers hurlements, qui en quelques minutes sont devenus plus forts et plus rapprochés, l’ont rapidement alerté.

La distance à laquelle se trouvait la meute, au départ 250 mètres, s’est très vite réduite à une centaine de mètres, jusqu'à ce que le chasseur se rende compte qu’il était cerné, et sans fusil puisque la loi interdit d’en porter après le coucher du soleil. Heureusement, l'expérience de notre protagoniste et son habitude de marcher dans les bois lui ont conseillé de s’assurer un refuge en grimpant sur le toit d'une cabane.

Le loup est un animal très intelligent qui en général ne se lance pas dans une attaque frontale lorsque les conditions ne sont pas réunies ; il attend plutôt que sa victime se déplace, il perçoit ses difficultés et lance une féroce attaque au bon moment, surtout lorsqu’il est en meute. Notre chasseur est resté plus de deux heures sur le toit de la cabane, entouré par une douzaine de loups. Ensuite son père et quelques amis, appelés avec le portable, sont arrivés sur place, et la meute de loup s’est évidemment dispersée, même si un individu a voulu accompagner le groupe, en le précédant de quelques centaines de mètres sur le sentier menant à la route principale, presque jusqu’à la voiture.

L’homme nous raconte : « Je n’ai jamais ressenti une telle peur. Au début, je croyais que ma seule présence repousserait les loups dans la direction opposée. Mais au contraire, ils ont arrivés sans peur,  justement là où je me trouvais. Heureusement que je connais les bois et les animaux, parce que je n’ose même pas penser à ce qui aurait pu arriver à un cueilleur de champignons ignorant qui se serait trouvé dans ma situation. Il s’agit d’animaux qui peuvent vraiment être très dangereux pour l’homme en certaines situations ".

Publiè par www.lanazione.it