Bern, 16 septembre 2016 - Le Conseil national a donné une leçon au Conseil fédéral. En 2010 déjà, le Parlement avait demandé d’introduire des réserves quant au degré de protection du loup, voire de sortir de la Convention de Berne.

Pourtant, il ne s’était rien passé et la motion Fournier, qui avait pourtant été adoptée, n’a jamais été mise en oeuvre. Hier, le Conseil national a rappelé au Conseil fédéral son intention de régler cette question, en approuvant l’initiative du canton du Valais. L’Association suisse pour un territoire sans grands prédateurs s’en réjouit.

Enfin, les demandes émises par l’agriculture de montagne et l’économie alpestre sont prises en considération. D’autant plus que le « Concept Loup Suisse » a échoué.

Cet été encore, de nombreux moutons et chèvres ont péri sous les crocs des loups, alors que les coûteuses mesures de protection des troupeaux devaient les en préserver.

Si le Conseil des Etats approuve à son tour cette initiative cantonale, il sera enfin possible de mettre en place une « stratégie loup » efficace.

Informations complémentaires:

G. Schnydrig Tel. 078 736 62 58

G. Mattei Tel. Co-président de l’Association suisse pour un territoire sans grands prédateurs

Compteur d'affichages des articles
943782

Nous avons 117 invités et aucun membre en ligne