L’approche en terre germanophone: l’ATsenzaGP est fière de pouvoir tenir son assemblée annuelle ordinaire à Tiefencastel et d’être par la même occasion invitée du Groupe de travail Nord. L’association constate avec joie une croissance continue grâce aux nouvelles adhésions provenant surtout du reste du Canton.

Traduction par Marie Sabotier

Parmi les points à l’ordre du jour, citons:

  • Le rapport du Président
  • La révision des statuts
  • Les nouvelles nominations du comité
  • Les activités prévues pour 2015-16
  • Les interventions des invités d’honneur

 

Présences illustres à l’assemblée:

  • Stefan Engler, conseiller d’Etat
  • German Schmutz, président de la Fédération suisse d’élevage ovin
  • Georges Schnydrig, député du Grand conseil VS
  • Un représentant du Groupe suisse SAB pour les régions de montagne  
  • Un représentant de la Lessinia, Italie du Nord

ècole a Tiefencastel 

Tiefencastel, école

Grande nouveauté de cette assemblée annuelle et pourquoi à Tiefencastel

- L’approche en terre germanophone: l’ATsenzaGP est fière de pouvoir tenir son assemblée annuelle ordinaire à Tiefencastel et d’être par la même occasion invitée du Groupe de travail Nord. L’association constate avec joie une croissance continue grâce aux nouvelles adhésions provenant surtout du reste du Canton.

Afin d’atteindre l’objectif de la modification de la Convention de Berne, le comité de direction pense que l’association doit s’étendre encore au-delà des limites du Val Poschiavo.

La présence physique de l’ATsenzaGP à Tiefencastel symbolise donc un nouveau départ.

- Croissance continue de l’ATsenzaGP : le nombre de membres et de soutiens augmente sans cesse; les collaborations avec le Groupe Nord sont de plus en plus intenses et harmonieuses avec un désir toujours plus fort d’unir nos forces; le partage des arguments et des intentions est total : la constitution d’une forte association cantonale est à présent une réalité.

Cette assemblée représente la fondation de l’association cantonale.

- Modification des statuts ATsenzaGP : les modifications proposées à l’ordre du jour visent à réorganiser les structures de l’association, assouplir la direction, permettre la constitution de groupes de travail et prendre en compte le récent développement de l’association.

Les nouveaux statuts scellent l’union avec le Groupe Nord et le dépassement du caractère local et circonscrit de l’association déjà existante à Val Poschiavo.

- Le but statutaire d’ATsenzaGP : préserver, dans les limites du possible, les intérêts de tous les habitants de l’Arc alpin européen et des territoires limitrophes (pour ce qui concerne la présence des grands prédateurs, tant présente que future).

- Autres objectifs importants : modification de la Convention de Berne pour la conservation de la vie sauvage et de ses biotopes (1979); rendre les grands prédateurs chassables.

- La stratégie gagnante : information continue de la population, promotion d’actes parlementaires pour la défense des régions de montagne, diffusion des intentions et des actions promues, dénonciation des dommages occasionnés par les grands prédateurs, sensibilisation des institutions et des politiciens et même de la partie adverse.

- Le groupe de travail international : le vaste réseau international existant est en train de se développer de plus en plus ; les nombreux contacts personnels noués entre temps parlent des gros problèmes dus à la présence du loup, notamment en France, en Lessinia et dans la région Brandebourg. Il est bien que tout ceci se sache.

L’information doit être le moyen de persuasion le plus efficace et le plus direct de l’ATsenzaGP pour toucher la population et même les partisans de la réintroduction des grands prédateurs.

- Surtout du dialogue : l’ATsenzaGP intensifie ses efforts pour mieux expliquer, en particulier aux populations urbaines, les opinion, les sentiments, les droits et les conditions de vie de ceux qui vivent et travaillent en montagne.

Et ce, notamment pour tout ce qui concerne la véritable perception différente des valeurs et des concepts à préserver – pour les populations de montagne - comme NATURE, BIODIVERSITE et CULTURE du territoire.

Notamment aussi pour illustrer de façon totalement objective les vrais conflits liés à la cohabitation avec les grands prédateurs en montagne (objectivement non pacifique).

- Une acceptation des grands prédateurs sur le territoire cantonal ?

Parce que dans le Val Poschiavo les ours M13 e M25 ont clairement démontré que la cohabitation hommes-grands prédateurs est impossible ; tout comme les loups de la région du Calanda sont en train de le montrer, et pas seulement. Malgré les mesures onéreuses et discutables adoptées sur place pour contenir les dommages matériels et les réticences de la population (mesures qui de toute façon ont échoué).

Compteur d'affichages des articles
1520798

Nous avons 83 guests et aucun membre en ligne